L'information

Zones, emplacement et fonction de Brodmann

Zones, emplacement et fonction de Brodmann

Un Région de Brodmann C'est une région du cortex cérébral chez l'homme et les primates, définie en 1909 par le Dr Brodmann en fonction de l'arrangement et de l'organisation des cellules cérébrales qu'elle contient.

Le contenu

  • 1 Histoire
  • 2 Fonction des zones de Brodmann
  • 3 Localisation fonctionnelle en fonction du lobe cérébral

L'histoire

Au début du 20e siècle, le neurologue allemand Dr Korbinian Brodmann a défini 52 régions différenciées présentes dans le cortex cérébral des humains et des primates qui semblaient avoir une morphologie et une organisation cellulaire différentes. Au cours du siècle dernier, les résultats cliniques et les études neurophysiologiques ont montré que ces différences microstructurales étaient en corrélation avec la spécialisation de la fonction corticale.

Ainsi, les études menées par Brodmann ont créé un carte du cortex qui comprend les cinq lobes de chaque hémisphère cérébral et énuméré les domaines qu'il a étudiés, en enregistrant les caractéristiques psychologiques et comportementales qui accompagnaient chaque stimulation.

Rôle des territoires de Brodmann

Comme Brodmann pourrait le déterminer, différentes parties du cortex cérébral sont impliquées dans différentes fonctions cognitives et comportementales. En même temps, bon nombre de ces zones cérébrales définies par Brodmann ont leurs propres structures internes complexes. Dans plusieurs cas, Les zones cérébrales sont organisées en cartes topographiques, où les pièces adjacentes du cortex correspondent aux parties contiguës du corps, ou une entité plus abstraite.

Un exemple de ce type de correspondance est le cortex moteur primaire, une bande de tissu qui s'étend le long du bord d'attaque de la rainure centrale. Les zones motrices qui innervent chaque partie du corps quittent une zone différente de cette zone du cortex. La stimulation électrique d'un point provoque une contraction musculaire dans la partie du corps représentée. Cependant, cette représentation somatotopique n'est pas uniformément répartie. La tête, par exemple, est représentée par une région environ trois fois plus grande que la zone de l'ensemble du dos et du tronc. La taille de n'importe quelle zone est en corrélation avec la précision de la commande du moteur et la discrimination sensorielle possible.

Dans zones visuelles, les cartes sont rétinotopique; Cela signifie qu'ils reflètent la topographie de la rétine, la couche de neurones activés par la lumière qui tapisse l'arrière de l'œil. Dans ce cas également, la représentation est inégale: la fovéa - la zone au centre du champ visuel - est très surreprésentée par rapport à la périphérie. Le circuit visuel dans le cortex cérébral humain contient plusieurs dizaines de cartes rétinotopiques différentes, chacune dédiée à l'analyse du courant d'entrée visuel d'une manière particulière. Le cortex visuel primaire (zone de Brodmann 17), qui est le principal récepteur d'entrée direct de la partie visuelle du thalamus, contient de nombreux neurones qui sont activés plus facilement par les bords avec une orientation particulière qui se déplace à travers un point particulier dans le champ visuel Les zones visuelles extraient plus tard des caractéristiques telles que la couleur, le mouvement et la forme.

Dans les zones auditives, la carte principale est tonotopique. Les sons sont analysés en fonction de la fréquence (c'est-à-dire ton haut contre ton bas) par les zones auditives sous-corticales, et cette analyse est reflétée par la zone auditive principale du cortex. Comme pour le système visuel, il existe une série de cartes corticales tonotopiques, chacune dédiée à l'analyse du son d'une manière particulière.

Localisation fonctionnelle en fonction du lobe cérébral

Lobe frontal

Le lobe frontal contient des zones impliquées dans la fonctionnement cognitif, parole et langage.

Il zone 4 correspond au gyrus précentral ou à la zone motrice primaire.

Il zone 6 C'est la zone motrice ou complémentaire du moteur.

Il zone 8 C'est avant le cortex prémoteur. Il facilite les mouvements oculaires et participe aux réflexes visuels, ainsi qu'à la dilatation et à la constriction des pupilles.

Le zones 9, 10 et 11 Ils sont responsables de processus cognitifs tels que le raisonnement et le jugement qui peuvent être appelés collectivement l'intelligence biologique, y compris la fonction exécutive.

Le Les zones 44 et 45 sont la zone de Broca.

Lobe pariétal

Les zones du lobe pariétal jouent un rôle dans la processus somatosensoriels.

Zones 3, 2 et 1 ils sont situés dans le cortex sensoriel primaire, avec une zone 3 au-dessus des deux autres. Ce sont des zones somasthétiques, ce qui signifie qu'elles sont les principales zones sensorielles du toucher et de la proprioception, y compris la kinesthésie.

Le zones 5, 7 et 40 ils sont situés derrière le cortex sensoriel primaire et sont considérés comme des zones d'association présensorielle où se produit un traitement somatosensoriel.

Il zone 39 C'est le gyrus angulaire.

Lobe temporal

Les domaines impliqués dans le traitement des informations auditives et sémantiques, ainsi que l'appréciation de sentir Ils sont dans le lobe temporal.

Il zone 41 C'est le gyrus de Heschl, le principal domaine auditif.

Il zone 42 Il est immédiatement inférieur à la zone 41 et est également impliqué dans la détection et la reconnaissance de la parole. Le traitement effectué dans cette zone du cortex fournit une analyse plus détaillée que celle effectuée dans la zone 41.

Le zones 21 et 22 Ce sont les domaines de l'association auditive. Les deux zones sont divisées en deux parties; la moitié de chaque zone se trouve de chaque côté de la zone 42. Collectivement, elles peuvent être appelées la zone Wernicke.

Il zone 37 Il est situé dans la partie postérieure-inférieure du lobe temporal. Les blessures ici peuvent provoquer une anomalie.

Lobe occipital

Le lobe occipital contient des zones qui traitent les stimuli visuels.

Il zone 17 C'est la zone visuelle principale.

Le zones 18 et 19 ce sont les zones visuelles secondaires (d'association) où se produit le traitement visuel.